L’audition, un capital santé à protéger

 

La dégradation des cellules auditives au fil du temps est un phénomène naturel. Mais celui-ci peut être accéléré par une trop forte exposition au bruit chez soi, en sorties mais aussi au travail. Face à cette situation, pas de fatalité : il est possible d’agir.

Vous avez peut-être remarqué que vous aviez de plus en plus tendance à faire répéter, que vous aviez une hypersensibilité au bruit ou que vous entendiez des bourdonnements qui vous gênent…
Ne prenez pas ces manifestations à la légère car ces problèmes peuvent, à terme, entraîner des pertes d’audition plus sévères et avoir un impact global sur votre santé.

59% des actifs se disent personnellement gênés par le bruit et les nuisances sonores sur leur lieu de travail.

Source : enquête JNA-Ifop : « Bruit, Santé Auditive et Qualité de Vie au Travail. Quelles réalités ? »

 

« Qu’il s’agisse des acouphènes, de la surdité ou au contraire de l’hyperacousie, les causes peuvent bien sûr être naturelles », rappelle Sébastien Leroy, porte-parole de l’association JNA (Journée nationale de l’audition), dont Lourmel est partenaire. Mais nous constatons de plus en plus l’impact des activités humaines, comme le port du casque ou d’écouteurs à fort volume ou encore les expositions sonores brutales ou prolongées pouvant engendrer un stress acoustique ». Les conséquences se manifestent alors sur le bien-être général car, en plus de la gêne auditive, les personnes peuvent ressentir une perte de concentration, de la fatigue, de l’irritabilité, voire des difficultés dans leurs relations personnelles et professionnelles.

Cela va même jusqu’à provoquer des troubles du sommeil et des risques cardiovasculaires accrus. « C’est pourquoi l’audition est à prendre en compte systématiquement dans le parcours de santé – quel que soit l’âge ».

Sébastien Leroy, Porte-parole de l’association JNA

 

Faites-vous dépister le plus tôt possible !

Si vous avez le moindre doute sur la santé de vos oreilles, parlez-en à votre médecin traitant. Il vous orientera vers un ORL qui pourra conduire un bilan complet de votre audition avant de vous proposer les solutions adaptées à votre situation. Des tests auditifs en ligne existent également, comme celui conçu par JNA et l’Inserm et proposés dans le cadre professionnel.

SOYEZ VIGILANT À VOTRE ENVIRONNEMENT SONORE

À quel moment un bruit est-il considéré comme dangereux pour l’audition ?
Au-delà de 80 décibels, un son est reconnu comme trop fort. Ce niveau est bien souvent dépassé dans des activités du quotidien comme écouter de la musique à la maison, bricoler, assister à un concert ou sortir en discothèque, mais aussi au travail. Dans ce cadre, la réglementation impose d’ailleurs la mise en place d’actions préventives lors d’expositions à 85 décibels durant 8 heures.

1 français sur 2 n’a jamais réalisé un bilan complet de son audition chez un ORL.

Source : Sondage Ifop pour JNA : « Les oreilles des Français sous pression : quels impacts sur la santé ? »

 

Cette norme correspond à certains contextes industriels, tels que le secteur de l’imprimerie qui a déjà beaucoup investi en se dotant de protections auditives, en capotant les machines ou en faisant le choix de technologies moins bruyantes. « Mais c’est oublier d’autres environnements professionnels tels que les open spaces ou les magasins, qui sont soumis à des volumes sonores moindres – de l’ordre de 45 décibels – mais en continu, ce qui entraîne une forte fatigue de l’oreille au fil de la journée, poursuit Sébastien Leroy. Là aussi des solutions existent telles que la mise en place de corrections acoustiques ou une réflexion ad-hoc sur la circulation des hommes et du son. Et surtout : en agissant sur les comportements ».

 

Des appareillages auditifs 100 % pris en charge depuis 1er janvier 2021, les équipements auditifs « 100 % Santé » sont pris en charge intégralement par l’Assurance maladie et les complémentaires santé. Tous les audioprothésistes doivent ainsi proposer un devis comprenant au moins une offre « 100 % Santé ».

10 réflexes pour prévenir les problèmes auditifs

 

Chez vous

  • Contrôlez le niveau sonore de votre casque ou de vos écouteurs, de votre chaîne hi-fi ou de votre radio. Il est recommandé de ne pas dépasser 60 % du volume maximal.
  • Limitez l’écoute de la musique au casque à une heure par jour.
  • Toutes les heures, faites des pauses de dix minutes dans le silence pour reposer vos oreilles.
  • Portez des protections acoustiques en cas d’expositions à des bruits forts, par exemple quand vous utilisez une perceuse, une scie circulaire, une tondeuse…

 

En sortie

  • Après un concert ou une sortie en discothèque, reposez vos oreilles pendant au moins douze heures.
  • Ne vous positionnez jamais près des baffles : c’est dangereux au bout d’une minute seulement !
  • Portez des protections adaptées qui vous permettent de profiter de la musique sans danger pour vos oreilles.

 

Au travail

  • Si vous travaillez en usine, ou dans un environnement sonore qui dépasse les 85 décibels durant 8 heures, portez les protections prévues à cet effet. Surtout, soyez vigilant à ne pas ôter cette protection, même ponctuellement (pour discuter avec un collègue par exemple) : une exposition de quelques instants seulement peut entraîner un stress acoustique important.
  • Si vous travaillez en open space ou dans un lieu de travail avec un bruit de fond important, pensez aux bouchons anti-bruit.
  • Enfin, faites des pauses régulières de silence. Même, par exemple, en télétravail où les réunions à distance qui s’enchaînent peuvent provoquer une forte fatigue auditive.

 

Nos autres articles